Vamos a Barcelona #2 : Gaudi ce génie




Bien le bonjour mes épicéas (on retourne aux bases), 

Je vous écris actuellement de mon appartement nordique, dans lequel j'ai un frigo rempli qui fonctionne, des trous rebouchés et mes petites plantes pour me tenir compagnie. Bref, je ne vais pas m'étendre sur les quelques déboires de mon logement (quoi que). Je remercie le partage de connexion et mon forfait de bigophone assez conséquent pour que je puisse continuer à publier même sans wifi. Brouf.
On se retrouve donc pour le deuxième volet de mes aventures barcelonaises. Autant dans l'article précédent je vous donnais des tips pour faire des trucs sans débourser un centime, autant dans cet article les trucs à visiter ne sont pas gratos du tout. Rien de bien original, je vous parle des réalisations de ce génie qu'est Antonio Gaudi. 

Je ne suis pas une grande fan d'architecture, disons que ce n'est pas mon domaine de prédilection en général, même en omettant le fait que je suis une professionnelle du dessin en perspective plate. Cependant le travail de Gaudi est énormément centré autour de la lumière, de la couleur, et du symbolisme de la nature. De ce fait je trouve que cela prend une toute autre dimension.

"L'architecture est le premier des arts plastiques, la sculpture et la peinture procèdent d'elle. Sa suprématie vient de la lumière. L'architecture est la mise en ordre de la lumière, la sculpture est jeu avec la lumière, la peinture, reproduction de la lumière par la couleur qui est la décomposition de celle-ci."

Antonio Gaudi



Ah le parc Güell et ses bancs de mosaïques sur lesquels Romain Duris roule de gros palots à Judith Godrèche. Ah le parc Güell avec ses bancs de mosaïques situés dans la zone Monumenta coûtant minimum sept boules l'entrée alors qu'il y a encore trois ans c'était gratuit. Oui je râle. Laissez-moi vous expliquer. 

Le parc Güell est un incontournable de Barcelone. C'est l'une des nombreuses réalisations de ce cher Antonio Gaudi, "l'architecte de la ville", puisqu'il s'est chargé de la réalisation de nombreux bâtiments barcelonais. Le parc se divise en deux zones, la zone Monumenta (évidemment pleine à craquer) payante et la zone pas Monumenta, à l'accès libre et gratuit. Une fois sorti de la zone payante, vous ne pouvez pas y pénétrer à nouveau à moins de repayer. Chose fort dommage car comme vous vous en doutez, il s'agit de l'endroit le plus architecturé et travaillé du parc. Le reste est beaucoup plus sobre et la végétation point très florissante, puisqu'il s'agit majoritairement de plantes méditerranéennes. Néanmoins si vous avez la motivation vous pouvez grimper jusqu'en haut du parc afin d'obtenir un joli point de vue. 

D'ailleurs le parc est situé en haut d'une colline. Une fois sorti du métro il vous faudra grimper beaucoup de marches pour l'atteindre. Vraiment beaucoup. Je râle, mais il n'empêche que c'est quelque chose à voir.









De loin la Sagrada, alias la petite chapelle comme dirait l'autre (aka mon pote JB le kéké), ressemble un peu à une termitière géante. De mon point de vue. Oui j'ai osé écrire cela, toutes mes confuses Antonio, paix à ton âme. Disons que c'est imposant mais pas très bandant. Un peu grisonnant tout cela. En somme, je pense que vous avez saisi l'idée, je ne suis pas fan. Néanmoins, plus l'on se rapproche, plus l'on peut observer les détails des sculptures de saints aux angles aigus, entre tradition religieuse et modernisme catalan. 

La partie la plus impressionnante est sans contexte l'intérieur de la basilique. La lumière joue un rôle très important dans l'oeuvre de Gaudi de manière générale. Ce travail autour de la lumière atteint son paroxysme dans la Sagrada Familia. La basilique est constamment baignée de lumière, changeante selon les heures de la journée. Froide lorsque le soleil se lève, chaude quand il se couche. Il faudrait rester 24h d'affilées dans le bâtiment pour pouvoir en apprécier toutes les nuances. 

La première fois que j'ai pénétré dans l'édifice, j'avais été soufflée, n'étant pas du tout préparée au spectacle qui m'attendait. Trois ans plus tard, je reste encore émerveillée. Ce bâtiment dégage une grande sensation de spiritualité, que l'on soit catholique ou non. De manière utopique, je serais seule dans cette immense basilique, sans un bruit, m'imprégner de ce qu'il s'en dégage. Comme ceci est fort peu probable, je me contente de mettre des boules Quiès. Vous aurez compris, je vous contentez pas de l'extérieur de l'édifice, mais entre-y !



/!\ Alerte bon plan /!\

Si vous avez entre 11 et 30 ans, tous les mercredi, jeudi et dimanche à partir de 18h et ce jusqu'à l'heure de fermeture, vous pouvez bénéficier d'une réduction de 50% sur votre billet. Quelque soit le tour de vous prenez (visite simple, visite avec l'audioguide et les tours, etc...). Je ne sais pas cette promotion est valable toute l'année ou non, mais quoi qu'il en soit, faites-y attention au moment de prendre vos billets ! En été le soleil se couche tard (merci Captain Obvious), et la lumière de début de soirée est très jolie, donc profitez-en.

/!\ Fin de l'alerte bon plan /!\


plus d'infos : http://www.sagradafamilia.org/en/
















Ah la Casa Batllo. Mon énorme coup de coeur lorsque je m'étais rendue à Barcelone pour la première fois. Même si j'ai du vendre un organe pour pouvoir payer l'entrée, j'y suis retournée. Il faut dire que cette maison est privée, c'est à dire que l'état/la ville/une quelconque autorité n'aide pas à son financement. Ce qui explique le prix élevé des billets. La casa Batllo est une maison créée par ce cher Antonio pour la famille Batllo (ben ouais c'est dans le nom). Sa façade recouverte de carreaux de faïence divers et variés est déjà superbe. Et l'intérieur l'est aussi. Tout est fait dans cette maison pour rappeler le monde marin, de la courbe des murs à la marqueterie, sans oublier l'incroyable puit de lumière recouvert de carreaux bleus dégradés. Vous l'aurez compris, je trouve cet endroit fascinant. 

Un audio-guide est distribué à l'entrée (compris dans le prix du billet). Il s'agit d'une espèce de gros smartphone qui nous permet de vivre "une expérience de réalité virtuelle". En gros vous déplacez l'écran autour de vous et vous voyez la pièce telle qu'elle était à l'époque de la famille Güell, avec les meubles et tout le toutim. Honnêtement je ne suis pas fan du concept, le design est moche, on ne profite absolument pas de la pièce en direct et de toutes façon le mien ne fonctionnait pas du coup je l'ai fourré dans ma poche. M'enfin les commentaires de la madame dans le machin sont néanmoins très intéressants. Tout ça pour dire que je ne suis pas fan de leur nouveau concept d'audio-guide. J'ai beau être une fille assez connectée, je préfère profiter des choses en vrai qu'à travers un écran.Une dernière chose, la foule peut faire peur, mais au final le trafic se fluidifie donc ça va !

Dans la même veine, vous pouvez également visiter le Palau Güell, bien que le bâtiment soit plus classique (mis à part ses cheminées très drôles situées sur le toit, qui rappellent celles de la Sagrada Familia). Je crois également que vous pouvez visiter le toit tout aussi atypique de la Pedrera !










J'espère que cet article point très original vous aura plu et vous aura donné envie de découvrir un peu plus l'oeuvre de Gaudi ! J'admets que c'était surtout une excuse pour vous balancer des photos. 
Sur ce je vous laisse, j'ai mon appartement à colorer.


La bisette ❤︎



Vamos a Barcelona #1 : Kékonfait de gratos ?



Holà chiquitos, chiquitas et tous les sapinietos,

J'ai beaucoup réfléchi, j'ai intensément mijoté, tellement, qu'il a fait plus de trente-cinq degrés à BetteraveLand cette semaine, et j'ai trouvé de quelle façon j'allais agencer mes articles sur Barcelone. Point de city guide ou autre, parce que très clairement je ne suis pas la plus à même pour vous parler de bonnes adresses bouffe ou autre, budget étudiant n'ayant pas trouvé de job d'été  oblige (ne jugez pas). Je pense que vous comprenez. Quoi qu'entre les pizzas et le KFC, on a quand même réussi à se retrouver un peu par inadvertance dans un restaurant facturant 1,60€ la tranche de pain. Certes, il était fort bon, moelleux à souhait et tout le toutim, mais bordel ça pique un peu. Nan, ça pique autant que le Trinidad Moruga Scorpion. Bref. Justement, ici je vais vous parler des choses que l'on peut faire dans la ville, sans débourser un centime ou presque. 

Mais avant de commencer, je vous laisse avec une de mes citations préférées, d'un de mes films préférés.

"Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective. Des suites de bâtiments vides de sens. Tout est inconnu, vierge. Voilà, plus tard on aura marché dans ces rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ces bâtiments, on aura vécu des histoires avec des gens. Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura prise dix, vingt, mille fois. Au bout d’un temps cela vous appartient parce qu’on y a vécu"

Xavier, "L'auberge espagnole"







Si vous êtes déjà allés à Barcelone ou bien si vous projetez d'y aller ou que votre cousin(e)/concierge/collègue relou(e) y est allé(e) pendant les vacances, vous avez forcément entendu parler du marché de La Boqueria. Il s'agit d'un marché couvert, situé sur las Ramblas (grande rue touristique sans vraiment d'intérêt selon moi), en face du musée érotique de Barcelone (ben oui hein). C'est vraiment un incontournable de la capitale catalane. Je vous conseille de vous y rendre assez tôt le matin, mais pas dès l'ouverture. 10h c'est pas mal. Vous éviterez ainsi le tsunami de touristes. Vous pourrez alors vous balader tranquillement entre les étalages multicolores de fruits, les chorizos pendus au plafond et les corbeilles de fruits secs. C'est l'endroit parfait si votre estomac gargouille un chouïa et que vous voulez ramener de la bouffe locale (j'ai hyperventilé de bonheur devant un stand de fromage typique).

/!\ Attention /!\
Le marché est fermé le dimanche, et certains jours fériés (dont le 15 août)

Métro : Liceu, L3









Un truc que j'aime faire lorsque je voyage (ce qui n'arrive pas souvent à mon grand désarroi), c'est me perdre. Mais attention me perdre de façon réfléchie. C'est à dire que je me rends dans le quartier qui m'intéresse, et après je me balade dans les rues, sans suivre de plan. Bien sûr de temps en temps je jette une mirette aux panneaux histoire de ne pas passer quatre fois par le même endroit. 

Le Barri Gotìc est le quartier parfait pour cela, puisqu'il comporte moult ruelles ombragées, elles-mêmes regorgeant de surprises. Tags, collages, mosaïques, balcons fleuris... C'est le genre de balade parfaite à faire lorsque le soleil tape un peu trop fort (l'ombre c'est la vie) et que l'on a envie de découvrir de jolies choses. Et si vous avez faim (oui toujours manger)(manger c'est un peu la vie), il y a pas mal de petites boutiques pour se sustenter sur le pouce. Dans le coin vous trouverez aussi le musée Picasso et la cathédrale Sainte-Croix de Barcelone.








Le MACBA est le musée d'art contemporain de la ville de Barcelone. Vous pouvez aller y faire un tour, mais là-bas point de collections permanentes comme à Beaubourg, seulement des expos temporaires avec des trucs chelous. Quoi qu'en ce moment se déroule une exposition très chouette sur le mouvement punk. Bref.
Même si vous n'entrez pas dans le bâtiment, n'hésitez pas à vous rendre devant pour mater les skateurs. Enfin personnellement j'ai toujours trouvé le skate comme étant d'une coolitude extrême. Bon après il y a la théorie et la pratique. Dans le quartier d'El Raval de manière plus générale vous pouvez trouver de multiples boutiques de skate et des magasins vintage. Anciennement quartier craignos, El Raval se transforme en quartier de hispter.
À l'arrière du musée vous pouvez aussi voir la reproduction de la fresque "Todos juntos podemos de Parar El SIDA" (Ensemble nous pouvons arrêter le SIDA) de Keith Haring. 


Bus : Montallegre - Valdonzelle, 120
Métro : Universitat, L1/L2






Les murs tagués c'est génial, les murs tagués c'est la vie et les murs tagués, il y en a une tripotée à Barcelone, notamment sur les volets métalliques des devantures des boutiques. Alors quand on est tombé un peu par hasard sur cette fresque graffée géante, j'étais au paradis. Il s'agit de murs servant d'enceinte à une ancienne centrale électrique, ou quelque chose dans le genre. Ces murs multicolores font donc tout le tour. Cette "street-fresque" (néologisme quand tu nous tiens) se trouve sur l'avenue del Paral.lel, pas très loin de la station de métro du même nom. Après j'admets ne pas pouvoir vous indiquer le lieu de façon plus précise ! À vous de chercher !

Métro : Paral.lel/L3






En allant à la fondation Joan Mirò, faites un détour par les jardins du théâtre antique.  Si vous êtes motivés et que vous désirez muscler votre bouli passez-y à l'aller (parce que ça monte sévère). Dans le cas où vos gambettes déclareraient forfait, allez jeter un oeil là-bas au retour. 
C'est un jardin très chouette, très architecturé avec ses bâtiments blancs et graphiques jouant sur la perpective, donnant l'illusion de se trouver à Santorin. Vous me direz que vous n'allez pas en Espagne pour voir croire en Grèce, mais il n'empêche que l'endroit est fort coquet. Et il n'y a quasiment personne. Vous pouvez même prendre un bouquin et vous poser à l'ombre, en bénéficiant du point de vue sur la ville. Le bon bail non ?

Bus : Passeig de L'Exposició, 55
Metro : Poble Sec, L3






Si vous êtes vraiment passionnés de sport, vous pouvez évidemment visiter le Camp Nou, le stade de Barcelone. Mais à 23€ l'entrée, ça pique un peu (moins que le pain à 1,60€, cependant). En revanche, le stade olympique situé sur les hauteurs de Montjuic (oui encore)(un derch d'enfer vous aurez) est totalement libre d'accès. Moins touristique, chargé d'histoire et possédant un certain charme malgré sa piste bleue (je n'aime pas les pistes bleues, ne cherchez pas à comprendre). Apparement dans le même coin, on trouve le village olympique qui est semble-t-il très joli. Mais hum, comment dire, on ne l'a pas trouvé. 


Bus : Av de l'Estadi Olímpic-Estadi Olímpic, 125/150/13
Métro : Poble Sec, L3


Et évidemment je pourrais ajouter les Jardin Del Mossen Costa I Llobera, avec ses cactus géants et ses chibres ambulants, dont je vous avais parlé dans mon dernier look (juste ici). Je vous donne rendez-vous très très rapidement pour la suite de mes aventures catalanes.
Sur ce je vous laisse j'ai des trous dans le mur à reboucher et ma mâchoire à reboiter.

Besitos ❤︎


Golden Hour picarde



Bien le bonsoir, ou plutôt bien la bonne nuit. 

Pour une fois je n'ai pas grand chose à dire. À vrai dire, depuis que je suis rentrée de vacances, j'ai du mal à écrire. Je me dis que ça reviendra. Du coup je poste des photos des champs sous la lumière du soleil couchant. La golden hour comme on l'appelle. Cette lumière si particulière, embellissant tout. Même les champs de betteraves labourés marquant la fin de l'été. Cette lumière mélancolique. Cette lumière qui te rend méga bonnasse. Désolée, j'ai du mal à rester poétique. 
Du coup j'ai décidé d'écrire une ode à la Picardie. D'accord, j'admets, il s'agit d'un pseudo poème que j'ai du écrire il y a deux ans et qui trainait au fin fond des notes de mon téléphone. L'endroit d'où on vient c'est comme les frères et soeurs. On a la droit que les critiquer et de râler, mais seulement nous et pas les autres. 

Aux gens qui critiquent ma région
Je leur dédis ce poème
Pour empêcher toute abnégation
Sur ce petit coin que j'aime 

J'habite en ce plat pays
Que l'on appelle la Picardie
Y'a des champs de betteraves à profusion
Critique pas ou j'ten fous une dans le fion

Quand les parigaux nous traitent de bouseux
Moi j'les regarde entre 4 yeux
Et je leur dis très cordialement 
D'aller faire l'amour à leur maman 

Nous au moins on a le parc Astérix mon gars
Alors que toi t'as juste le RER A
Steuplait prends pas tes grands airs
Casse toi boire ta Saint Omer

Vive L'Aisne la Somme et l'Oise 
Ne v'nez pas nous chercher des noises
Ma région est bien comme elle est 
Retournez bouffer votre cassoulet

















Cet article était totalement imprévu. À vrai dire, il s'agit plus d'un article de dépannage dans le but de combler le vide en attendant mes articles sur Barcelone. Il en résulte cette chose hybride. À vous de juger.


© Un Sapin dans mon plac'art. Design by Fearne.